ARMILLARIA MELLEA

Le champignon Armillaria mellea est le responsable d'une maladie dans les plantes sensibles qui provoque la putrition du système radiculaire, ce qui tue à la plante par inanition, puisqu'il lui empêche d'absorber l'eau et les nutriments du sol. Les parties aériennes de la plante touchée son libères du champignon. Ceci m'a permis de prendre  des boutures de ces dernières et de les reproduire à travers des greffes ou celui enracinement avec des hormones, aux premiers symptômes d'affectation, avant son décès définitif.

 

L'Armillaria mellea est un des plus grands problèmes phyto-sanitaires du Jardin. Chaque année est le responsable du décès d'une douzaine arbres et arbustes, qui meurent fulminés après le bourgeonnement-floraison printanière. Vers le milieu d' Automne les champignons de l'Armillaria poussent à la base du tronc des arbres touchés. Fréquemment, une fois extrait l'arbre, ils continuent à sortir des champignons pendant des années dans les morceaux de racines qui sont restés dans le sol. Le champignon est transmis par les spores qui émettent les champignons. Si une spore tombe dans une blessure de l'écorce d'un arbre sensible, germe et commence à l'envahir avec les filaments de son mycélium, qui mangent le cambium qui est la partie la plus nutritive et tendre de l'arbre, en formant un buisson de filaments blanc- grisâtres sous l'écorce. L'arbre touché commence à languir mais suit vis, jusqu'à ce qu'au Printemps, avec le début de la circulation de la sève, le champignon est aussi réactivé et est fini en tuant à l'arbre de manière soudaine, ne pouvant pas ce nourrir les nouveaux bourgeons et les fleurs.

 

 

Avec le décès de l'arbre ne meurt pas l'Armillaria mais elle continue à croître sous le sol en étendant ses filaments par les racines les plus fines et, quand elle contacte avec la racine d'une autre plante sensible, il l'envahit aussi, en étendant par le sous-sol comme une tache d'huile, en allant d'arbre en arbre. De cette manière il tue toutes les plantes qu'il trouve sur son chemin, en respectant uniquement les plantes résistantes ou ce qui est moyennement résistantes, qui sont celles capables de synthétiser des anticorps végétaux contre le champignon, de sorte que, bien qu'elles soient envahis par ce, les anticorps détruisent plus ou moins rapidement au champignon et cesse son invasion.

 

Il est possible de détruire au champignon quand commence seulement son invasion en extrayant approfondie la plante touchée. On doit ensuite brûler dans le même trou toutes les parties de la plante, pardessus la base avec les racines principales. Dans le cas d'une invasion plus grande il peut peu être fait, puisque le champignon celle-ci dans le sous-sol et n'est pas vu. La seule manière de finir avec le est d'ensemencer une barrière d'arbres résistants, qui empêchent son expansion.

 

 

  Dans cette photo de la base du tronc d'un Sureau, Sambucus nigra, on apprécie le mycélium blanc de l'Armillaria mellea qui a causé la putrition du système radiculaire et l'émission de racines directement du cambium subcortical qui sont dirigée vers la terre, comme stratégie pour survivre à l'attaque du champignon. Le Sureau était pratiquement mort avec les feuilles sèches, mais, après des semaines, pousse grâce à l'émission de racines directement du tronc.

 

Dans la liste suivante j'ai mis les plantes dont la sensibilité ou la résistance à l'Armillaria j'ai vérifié par mon même. Les plantes avec résistance intermédiaire ont été attaquées par l'Armillaria et ont survécu.

 

SENSIBLES

RÉSISTANCE INTERMÉDIARIE

RÉSISTANTS

Acacia dealbata

Cryptomeria japonica

Acrocarpus fraxinifolius

Acacia longifolia

Eryobotria japonica

Anagyris foetida

Acacia trineura

Ficus carica

Buxus balearica

Actinidia chinensis

Persea gratissima

Buxus sempervirens

Adansonia digitata

Pyrus communis

Casimiroa edulis

Agave attenuata

Sechium edule

Ceratonia siliqua

Alnus incana

Sambucus nigra

Citrus aurantium

Annona cherimolia

Trachycarpus fortunei

Cydonia oblonga

Carica papaya

 

Cyphomandra betacea

Citrus paradisi

 

Fraxinus excelsior

Cedrus deodara

 

Juniperus chinensis

Cupressus arizonica

 

Juniperus virginiana

Erythrina caffra

 

Livistona chinensis

Eucalyptus gunnii

 

Lucuma mammosa

Feijoa sellowiana

 

Myrtus communis

Harpephyllum caffrum

 

Pinus pinea

Juniperus phoenicea

 

Pinus halepensis

Kigelia africana

 

Pistacia lentiscus

Lavandula stoechas

 

Psidium friedrichsthalianum

Leucaena glauca

 

Psidium guajava

Litchi sinensis

 

Prunus cerasus

Malus pumilla

 

Quercus ilex

Mangifera indica

 

Robinia pseudoacacia casque rouge

Morus alba

 

Tilia cordata

Opuntia robusta

 

 

Passiflora alata

 

 

Passiflora edulis var. edulis

 

 

Passiflora mollissima

 

 

Pistacia vera

 

 

Prunus amigdalus

 

 

Prunus armeniaca

 

 

Prunus avium

 

 

Prunus cerasifera

 

 

Prunus persica

 

 

Psidium littorale longipes

 

 

Quercus coccifera

 

 

Rosa ssp.

 

 

Sequoia sempervirens

 

 

Tamarix gallica

 

 

Thuia orientalis

 

 

Vitex agnus-castus

 

 

Vitis vinifera

 

 

 

PAGE PRINCIPALE