TECNIQUE   D´ÉTIOLATION

 

L' étiolation est une technique basée en la capacité d'une branche végétale en transformer son écorce avec chloroplastes, capable d'effectuer la photosynthèse, en écorce sans chloroplastes, très semblable à l'écorce des racines, en la privant de la lumière par la mise en place d'un ruban opaque autour de la partie de la branche celle que nous voulons étioler. De cette manière l'écorce transformée a une plus grande facilité en émettre des racines, ce qui permet la reproduction clonique des plantes, spécialement celles très réticentes à enraciner. Dans la nature ce phénomène se produit de manière spontanée en étant couverte une branche basse d´un arbre, un arbuste ou liane par un décollement de terre ou par les feuilles chutes en Automne. En étant privée de la lumière, la partie enterrée souffre un processus naturel d' étiolation avec une postérieure émission de racines. Ceci même se produit dans les techniques de marcotte simple et d´enchaussage d´un pied d´arbre.

 

Dans cette image on voit plusieurs branches inférieures d'un arbre Mundani, Acrocarpus fraxinifolius, obtenu par enracinement d'une branche directement dans le sol, à lesquelles leur on a entouré l'écorce dans différentes parties avec papier couvert par ruban adhésif, pour les priver de la lumière. Il doit ainsi être fait dans les branches exposées à la lumière solaire directe, pour que le soleil ne réchauffe pas (il cuise ou brûle) la zone à étioler. Le papier (de Journal) ne laisse pas passer la lumière et sa couleur blanchâtre n'est pas surchauffée avec le soleil direct. Au bout des mois, entre un minimum de trois et maximum de douze, en enlevant le ruban adhésif et le papier, l'écorce est déjà étiolée. On coupe alors la branche sous la zone étilée, on lui met des hormones d'enracinement et il est ensemencé dans un pot à fleurs ou dans son lieu définitif, puisque dans l'arbre Mundani ne fonctionne pas le marcottage aérien, par sa forte tendance à l'auto-élagage des branches les plus basses.

Ici on vois une autre image d´une branche de Litchí sinensis entourée par un ruban noir. Dans ce cas on peut mettre un ruban noir, parce que les feuilles lui donnent ombre et empêchent que le soleil réchauffe la zone à étioler. In ce cas on peut se passer du papier de Journal.

Passés entre trois et douze mois on retire le ruban opaque et on observe l'écorce étiolée, déjà sans chloroplastes, avec la surface absorbante comme celle des racines et avec des petits points qui sont les futures racines. À ce moment on peut suivre deux chemins : lui faire un marcottage aérien, méthode très employée par les pépinières et les enseignants du Bonsaï, ou couper la branche sous la zone étiolée, lui mettre des hormones pour l´enraciner et l'ensemencer dans un pot à fleurs ou dans son lieu définitif.

Ici on peut voir une autre image d´une branche d´avocatier entourée par ruban opaque d'emballer.

Et ici on apprécie une autre branche d'avocatier déjà étiolée, après lui avoir enlevé le ruban d'emballer. Dans ce cas on peut suivre les mêmes chemins que dans le cas du Litchis sinensis : marcottage aérien ou ensemencement de la branche dans pot à fleurs ou dans son lieu définitif avec des hormones d´enraciner.